Vous devez accepter l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de notre site Internet. Pour en savoir plus cliquez ici.

circumCompiègne et son agglomération

Musées


Palais de Compiègne


Lien vers page Bibliothèques

Bibliothèques

Lien vers page Musées

Musées

Lien vers page Salles de Spectacle

Salles de Spectacle

Lien vers page Espaces Numériques

Espaces Numériques

Lien vers page Cinéma

Cinéma

Lien vers page Formation Artistique

Formation Artistique

Lien vers page Evénements Culturels

Evénements Culturels

Lien vers page Jumelages et Partenariats

Jumelages et Partenariats

Lien vers page Cultes

Cultes



Palais de Compiègne

Lien vers vue à 360°
À partir de la dynastie mérovingienne, Compiègne devient un lieu de résidence des souverains de France, mais seulement à titre occasionnel. En 1380, la fréquence des séjours royaux s’intensifie quand Charles V décide d’y édifier une forteresse qui deviendra un château.

Un château qui s’inscrit dans l’Histoire

Galerie de Bal du Palais

Au fil des siècles, le Château a connu plusieurs transformations :

  • 1751 : Louis XV lance les travaux sur les plans d’Ange-Jacques Gabriel.
  • 1804-1815 : Napoléon Ier intègre le Château au domaine impérial et y installe sa future épouse, Marie-Louise d’Autriche.
  • 1856 : Napoléon III et sa Cour y passe une partie de l’automne. Le parc du château est aménagé avec la trouée des Beaux-Monts, le berceau de Marie-Louise et la grande galerie de bal.




Aujourd’hui, c’est un lieu de visite très apprécié…

Chaque année, des milliers de visiteurs se pressent pour découvrir les somptueux appartements où vécurent les souverains de France.

CONTACT

Place du Général de Gaulle
60200 COMPIEGNE
Tél : 03 44 38 47 02

Site internet

Courriel


Le musée du Second Empire

Napoléon III Par F-X Winterhalter

Lien vers vue à 360°Ce musée a été créé en 1953 et installé dans les anciens appartements de hauts dignitaires de Napoléon III. Il rassemble des collections historiques et artistiques de peintures, sculptures, mobiliers, cadeaux offerts aux souverains. On y trouve des œuvres de Winterhalter, Couture, Meissonnier, Boudin et Carpeaux qui réalisa la statue du prince impérial âgé de 9 ans accompagné de son chien Néro.


Les Appartements historiques des rois et des empereurs

Appartements historiquesSitués dans le Palais de Compiègne, ils ont accueillis les souverains et de leurs hôtes, de Louis XV jusqu’à Napoléon III. L’empereur et son épouse aimaient recevoir à Compiègne ("les fameuses Séries") car l’atmosphère y était moins solennelle qu’aux Tuileries Les travaux de restitution des dernières décennies valorisent plus de quarante pièces meublées et décorées somptueusement, restituant le cadre de vie de l’époque.
On peut découvrir notamment : le salon du déjeuner, l’escalier de la reine, la chambre de l’impératrice, le salon des fleurs, la salle des gardes, la galerie de bal, le salon des cartes, le théâtre du château, des tapisseries, sculptures et peintures d’époque…


Le Musée de l’Impératrice Eugénie

L'Impératrice Eugénie

Lien vers vue à 360°
Le musée de l’impératrice présente, des souvenirs personnels de la famille impériale, depuis l’enfance de Louis-Napoléon jusqu’à la mort du prince au Zoulouland et la chute de l’Empire.


Le musée National de la Voiture et du Tourisme

Lien vers vue à 360°Créé en 1927 à l'initiative du Touring Club de France, ce musée parcourt l'histoire de la locomotion routière : depuis les origines de l'attelage jusqu'aux débuts de l'aventure automobile.

Berline d'apparat

C’est une collection riche et variée qui s’étale à travers 3 grandes périodes :

  • L'attelage : 75 véhicules datant du 18ème et 19ème siècles, à deux et quatre roues caractéristiques des usages les plus divers (transports routier et urbain, sport, apparat…), complété par 52 traîneaux et véhicules portés.
  • Le cycle : des plus anciens modèles (comme la draisienne à tête de canard, 1817) jusqu'aux premières bicyclettes, au début du XXème siècle.
  • L'automobile : 31 véhicules représentatifs des inventions dans les domaines de la vapeur, de l'électricité et du moteur à explosion. Une des pièces les plus étonnantes du musée est le prototype de la "Jamais Contente" (1899), première voiture électrique créée par Camille Jenatzy, qui dépassa à l’époque les 100 kms/heure.


Musée de la Figurine Historique, Musée Antoine Vivenel, Musée du cloître Saint-Corneille, un billet unique donnant accès à l’ensemble de ces musées.


Musée de la Figurine Historique


Musée de la Figurine Historique

Fourmillant de détails, ce monde miniature nous fait pénétrer au cœur même de l’Histoire.

Ce musée a vu le jour en 1927, grâce au leg de la collection d’Alfred Ternisien et fut enrichi des dons de la Société des Collectionneurs.
Installé dans l’Hôtel de Ville de Compiègne, il compte 100 000 figurines, qui témoignent des épisodes l’histoire de Compiègne et de la France, depuis l’Antiquité jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale.

CONTACT

28 place de l’Hôtel de Ville
60200 COMPIEGNE
Tél : 03 44 20 26 04

Site internet

Figurines Historiques

Ces véritables petites sculptures miniatures forment d’importants dioramas, évoquant les célèbres batailles du 1er Empire et des grands évènements des 19ème et 20ème siècles :

  • Le défilé devant les Tuileries
  • Élément de liste
  • La bataille de Waterloo
  • Le cortège funèbre de Napoléon Ier
  • La défense héroïque de Compiègne lors de l’invasion de 1814
  • La revue de Bétheny en l’honneur du Tsar Nicolas II
  • Les tranchées de la Grande Guerre

Musée Antoine Vivenel


Musée Antoine Vivenel


Le Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Compiègne - Antoine Vivenel est né de la générosité d'un mécène local : Antoine Vivenel. Entrepreneur-architecte, il fit fortune à Paris sous le règne de Louis-Philippe. Il rassembla une importante collection, de l'Antiquité classique à la Renaissance. En 1839, il décida d'offrir la totalité de ce patrimoine à sa ville natale.

CONTACT

2 rue d’Austerlitz
60200 COMPIEGNE
Tél : 03 44 20 26 04

Site internet



Installé en 1952 dans un bel hôtel particulier de la fin du 18ème siècle, le musée abrite une superbe collection d’œuvres d’art qui retrace les plus brillantes civilisations de l’Europe et de la longue histoire de la région de Compiègne.



Musée Antoine Vivenel


Musée du cloître Saint-Corneille


Cet annexe du Musée Antoine Vivenel, située dans un ancien cloître, retrace l’histoire de l’abbaye Saint-Corneille et présente un bel ensemble de sculptures religieuses d’époques médiévale et Renaissance issues des collections du musée.

L'abbaye Saint-Corneille est fondée en 877 par l’empereur Charles le Chauve et dotée de précieuses reliques qui font la réputation et la richesse de l'abbaye.

CONTACT

Rue Saint-Corneille
60200 COMPIEGNE
Tél : 03 44 20 26 04

Site internet


Les plus :
Le service pédagogique des musées de la ville de Compiègne propose aux publics scolaires et adultes un large éventail d’activités :


Renseignements et réservations : 03 44 20 26 04


Mémorial de l'internement et de la déportation


Mémorial de l'internement et de la déportation - Camp de Royallieu

Un ancien camp de déportation devenu Musée

Le Mémorial a été créé en 2008 sur le site même du camp de Royallieu à Compiègne.
À partir de 1940, sous l’occupation allemande, cette ancienne caserne devint un camp où l’armée allemande rassemblait des soldats français et britanniques faits prisonniers. En 1941, le "Frontstalag 122" y interna également des prisonniers politiques et constitue des réserves d’otages.

CONTACT

Camp de Royallieu
2 bis avenue des Martyrs de la Liberté
60200 COMPIEGNE
Tél : 03 44 96 37 00

Site internet

Camp de Royallieu
Avec Drancy, Royallieu fut l’un des plus importants camps de transit en France. Prisonniers politiques, résistants, russes, américains, juifs y sont tour à tour passés, formant une population cosmopolite.

En souvenir des 45 000 prisonniers déportés

L’histoire de ce lieu est raconté sur les murs : 12 salles ont été aménagées pour faire revivre ce passé douloureux.

Les documents d’archives présentés dans le parcours, proviennent des autorités allemandes et françaises ainsi que des internés :

    • lettres manuscrites,
    • documents administratifs,
    • photographies,
    • projections vidéos,
    • témoignages sonores.

    Clairière de l'Armistice


    Clairière de l'Armistice

    Située sur la D546 entre Rethondes et Compiègne, cette clairière est célèbre pour avoir été le lieu de signature de l’armistice de 1918, clôturant la première guerre mondiale. Un symbole de victoire et de paix !
     
    L’Armistice a bien été signée à Compiègne !
    C’est bien dans le wagon n°2419D que le Maréchal Foch, généralissime des armées alliées, reçut les plénipotentiaires allemands et leur dicta le texte de l’armistice de 1918 marquant la fin de la Grande Guerre.

    CONTACT

    Route de Soissons
    60200 COMPIEGNE
    Tél : 03 44 85 14 18

    Site internet

    Clairière de l'ArmisticeMais, contrairement aux idées reçues, la clairière historique de 100 m de diamètre se situe sur le territoire de Compiègne, et non à Rethondes, comme l’évoque les livres d’histoire.
    La confusion entre les deux villes s’explique très simplement. Bien qu’étant sur la commune de Compiègne, la gare, où a été signé l’armistice, ne pouvait porter le nom de Compiègne. Ce nom avait déjà donné à la gare principale. Aussi, le choix se reporta alors sur le nom d’un village plus éloigné… Rethondes.
     
    Mais c’est bien à Rethondes que se situent notamment les monuments commémoratifs de l’Armistice du 11 novembre 1918, la statue du Maréchal Foch et le musée.

    Wagon de l'ArmisticeLe Musée de l'Armistice
     
    Créé en 1927, ce musée abrite le wagon où fut signé l’armistice de 1918. Même si le wagon actuel n’est pas l’original, juste un wagon similaire…
    Pour la petite histoire, Hitler exigea de signer l’armistice de juin 1940 dans le wagon n°2419D où fut signé l’armistice de 1918. Il voulait laver l’affront de la défaite de la première guerre mondiale. Juste après, tout fut emporté par les Allemands, sauf la statue du Maréchal Foch. Le wagon original fut détruit en 1945 à Thuringe (Allemagne) par les SS, sur l’ordre du Führer.
     
    À l'exception du wagon, tout a été retrouvé et reconstitué en 1950, à l'identique, grâce notamment aux précieux souvenirs cachés pendant l’Occupation Allemande. Une deuxième salle fut ajoutée en 1960, suivie d’une troisième et d’une quatrième, consacrées aux armistices de 1918 et 1940, ouvertes au public en 1993.


    Lien vers page Bibliothèques

    Bibliothèques

    Lien vers page Musées

    Musées

    Lien vers page Salles de Spectacle

    Salles de Spectacle

    Lien vers page Espaces Numériques

    Espaces Numériques

    Lien vers page Cinéma

    Cinéma

    Lien vers page Formation Artistique

    Formation Artistique

    Lien vers page Evénements Culturels

    Evénements Culturels

    Lien vers page Jumelages et Partenariats

    Jumelages et Partenariats

    Lien vers page Cultes

    Cultes