Vous devez accepter l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de notre site Internet. Pour en savoir plus cliquez ici.

circumCompiègne et son agglomération

Grands Projets


Travaux


La ZAC du Camp des Sablons

Situé sur un peu plus de 30 hectares, le quartier du Camp des Sablons constituera un véritable lien entre la ville et la forêt. Grâce aux coulées vertes, percées visuelles, voiries et coeurs d’îlots arborés, la forêt s’immiscera dans la ville. De son côté, la ville s’intégrera de façon progressive dans la forêt par un urbanisme discontinu, une densité et une hauteur de bâtiments de plus en plus faible au fur et à mesure que l’on se rapproche de la forêt. De même, quand cela est possible, les arbres existants seront préservés.

ZoomConstruction en cours du "Clos de la Forêt" par l’OPAC de l’Oise.Plus de 500 logements y seront construits

Outre le “Clos de la forêt”, ensemble de 63 logements actuellement réalisé par l’OPAC de l’Oise, quelques 500 logements y seront édifiés. Le plan d’ensemble (voir plan ci-dessus) sera divisé en quatre zones : - En bordure de l’axe principal et de la future place, seront construits environ 370 logements collectifs en R+3+combles et en R+2+combles. Ils devraient être répartis pour 30% en T2, 50% en T3 et 20% en T4 et T5. - Ensuite, seront édifiées 59 maisons de ville avec des terrains individuels de 300m2. - En se rapprochant de la forêt, 77 constructions individuelles avec des terrains plus spacieux pourront voir le jour. - La zone en bordure de forêt sera constituée de deux bassins tampons, les eaux pluviales de ce nouveau quartier n’étant pas rejetées dans le réseau. La construction de ces bassins est prévue avant 2018. Une large place sera bien entendu faite aux espaces verts et la forêt entrera dans la ville de différentes façons : coulée verte, percées visuelles, voies arborées. Côté équipements, ce nouveau quartier de Compiègne ne sera pas en reste. Il s’agira d’ailleurs de la première phase d’aménagement de la ZAC du Camp des Sablons. Etablissements scolaires et médico-sociaux commenceront à sortir de terre dès 2016. En 2018, ce nouveau quartier accueillera l’ensemble scolaire Jean-Paul II, projet porté par les institutions Notre-Dame de la Tilloye, Guynemer et Sainte-Marie. Dans le prolongement de cet établissement, sont également prévus la construction d’un Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique et d’un Institut médico-éducatif qui accueillera les enfants actuellement suivis à la Faisanderie. Une emprise de 3200 m2 sera dédiée à des bureaux et éventuellement à d’autres équipements. Autour de la place arborée située au centre du programme, des locaux seront dédiés aux commerces de proximité. Les trois autres phases d’aménagement prévues de 2018 à 2025 permettront que la transition ville-forêt soit clairement identifiable avec, chaque fois, une partie de collectifs, de maisons de ville et de lots à bâtir.

ZoomLes principales voies d’accès

L’ensemble du trafic empruntera la future avenue de la Faisanderie, entre le carrefour des Nations Unies et l’avenue de Royallieu. Quant à l’avenue du 25ème RGA qui desservira notamment le nouvel établissement scolaire Jean-Paul II, le lycée Pierre d’Ailly, l’actuel établissement Notre-Dame de la Tilloye ainsi que les nouveaux Instituts éducatifs et médico-éducatifs, elle sera, pour des raisons de sécurité, mise en sens unique du carrefour des Nations Unies à l’avenue de Verdun, avec des stationnements dédiés aux bus scolaires côté droit et des stationnements longitudinaux pour les véhicules légers côté gauche. Pour la sécurité des élèves, cette voie comportera des passages traversant sécurisés, sans stationnement possible aux abords. A partir de l’avenue de Verdun, les automobilistes pourront toujours utiliser la contreallée en sens unique sur la portion entre l’avenue de Verdun et l’avenue de Royallieu, qui permet la desserte des maisons existantes. Le nouveau boulevard urbain interne au quartier, future avenue de la Faisanderie, sera de par sa vocation en zone 50. L’ensemble des autres voies sera en zone 30, ce qui permettra de sécuriser le nouveau quartier et d’éviter les excès de vitesse. Des pistes cyclables seront par ailleurs créées pour rejoindre et traverser ce nouveau quartier de Compiègne.


Bernard Hellal présente les projets de l'ARC sur Margny-lès-Compiègne

Si vous ne pouvez pas accéder à Youtube, cliquez ici pour voir la vidéo.

PIVERT : Compiègne terre d’innovation

PIVERT : Compiègne terre d’innovationPicardie Innovations Végétales, Enseignements Recherches Technologiques, P.I.V.E.R.T est une alternative à la chimie du pétrole et représente une opportunité de diversification et de repositionnement pour l’industrie chimique régionale et de nouveaux débouchés pour l’agriculture. L’ARC est partenaire aux côtés de Sofiprotéol, du pôle de compétitivité IAR (Industrie et Agro-ressources) et de l’Université de Technologie de Compiègne de ce pôle d’excellence européen. Une halle technologique va être aménagée par l’agglomération dès 2013 sur le Parc Technologique des Rives de l’Oise. Ce centre est destiné à valider la faisabilité industrielle, économique et écologique des recherches menées en laboratoire. Elle sera aussi ouverte à des PME pour y tester de nouvelles techniques et promouvoir leurs matériels.
P.I.V.E.R.T. représente dans les 10 ans à venir une opportunité très importante de diversification et de repositionnement pour l’industrie chimique régionale, et de nouveaux débouchés pour les entreprises locales (chaudronniers, équipementiers…) et pour l’agriculture.
L’ARC représente un éco-système favorable à l’implantation de ce centre de recherches avec ses 4 000 élèves ingénieurs de l’UTC, ses 300 doctorants en thèse, ses 500 élèves ingénieurs de l’ESCOM et ses nombreux agriculteurs qui cherchent des nouveaux débouchés pour leurs cultures.


Paris-Oise, Port intérieur

Paris-Oise, Port intérieurDepuis l’été 2012  a commencé  à Longueil-Sainte-Marie (au sud de Compiègne) la réalisation de ce pôle multimodal (bateaux, camions et trains) 24 ha. Situé en bordure de l’autoroute A1 Paris-Bruxelles et de l’Oise, Paris-Oise, Port intérieur sera accessible depuis le port du Havre mais aussi après la réalisation du canal Seine Nord Europe, à partir des grands ports de la mer du Nord. Des extensions seront possibles qui intégreront notamment un embranchement ferroviaire.
Paris-Oise, Port intérieur comptera trois terminaux, conteneurs, vrac et granulats. Il permettra de développer les activités logistiques du Compiégnois et de renforcer le tissu industriel local en lui ouvrant à prix compétitifs de nouveaux débouchés.


Le pôle de développement des Hauts de Margny

Le pôle de développement des Hauts de Margny
Ce pôle d’activités en cours d’aménagement couvrira 40 hectares. Le parc sera en activité 7 jours sur 7 avec des enseignes commerciales, de négoce, d'industries légères et au travers de manifestations liées au pôle événementiel.



La ZAC des Deux rives

La ZAC des Deux rivesLa ZAC des Deux rives est très certainement le projet le plus ambitieux du cœur d’agglomération, autour du Pont Neuf, primé par des prix d’architecture depuis son ouverture en 2011. Les aménagements de voirie, les créations de logements et de bureaux qui vont entourer le centre ville vont rendre le Compiègne historique plus attractif et dynamique. Cette localisation prisée, qui plus est près de la gare, a déjà séduit des sièges d’entreprises comme Brézillon et le CETMEF, installés en 2012.


L’Ecole d’Etat-Major : Un nouveau quartier en centre-ville

L’Ecole d’Etat-MajorL’armée a quitté l’Ecole d’Etat Major durant l’été 2012 laissant alors à l’agglomération une surface de près de 5 ha en plein centre ville à aménager. Déjà des logements de bon standing sont prévus. Ils viendront apporter de la vie à ce nouveau quartier destiné à accueillir un centre de congrès, des activités tertiaires et un hôtel haut de gamme.


La Zone d’habitations du Camp de Royallieu

La Zone d’habitations du Camp de RoyallieuIndividuels, petits collectifs en location ou accession à la propriété se côtoient désormais dans cette nouvelle zone d’habitations en cours de finition. Avec un même cahier des charges environnemental et architectural exigeant qui assure la cohérence de l’ensemble. 600 logements ont ainsi été créés. Ce nouveau quartier a particulièrement été soigné avec la création de larges espaces verts, de pistes cyclables et de nombreux services.


La rénovation urbaine du Clos des Roses

La rénovation urbaine du Clos des Roses Le Clos des Roses change de façon radicale. La résidentialisation qui est menée simultanément sur les immeubles existants est déjà très visible et apporte sécurité et sérénité aux riverains.
Au total il s’agit de la création de 119 logements nouveaux à dominante individuelle sur ce quartier à la place des 240 logements en barre qui sont en cours de démolition et de 289 logements qui sont résidentialisés et réhabilités.